Confinement – Semaine #7

estelle Confinement Leave a Comment

La semaine #6 est passée à las…tant le besoin de repos était vital.

Ma volonté de changer de monde devient de plus en plus prégnante, s’infiltrant dans tous les recoins de ce temps dispersé en miettes.

J’ai proposé à mon équipe pro d’initier une démarche de transformation, une réflexion pour remodeler nos façons de travailler et penser notre métier dans le monde de demain. Un élan qui m’appelait des profondeurs de ces dernières années passées à m’empiffrer de lectures sur l’environnement, les organisations vivantes, la transformation. Ma chef m’a laissé la porte ouverte, et c’est tout un programme en travail collaboratif que j’agence virtuellement depuis lundi dernier. Cela me permet d’extérioriser une partie du feu qui brûle.

Une autre partie continue de consumer mon cerveau : comment transformer notre vie ? Comment passer d’un point :

A : un quotidien où visiblement tout est parfait. Nous exerçons des métiers qui nous plaisent, dans une jolie ville tranquille du 91, pleine de nature et de gens généreux. L’école, la crèche, nos commerces de proximité sont à 5 min à pied. Nous nous nourrissons de bio et de local à la ferme, même par temps de Covid.

à un point B : une ville/territoire utopique où les enfants bénéficieraient d’une pédagogie alternative (respect des rythmes et des spécificités de chacun, approche de la nature, développement du sens critique, apprentissage de la collaboration, …). Un territoires « vert » qui tendrait vers une certaine forme d’autonomie (énergétique, alimentaire), encourageant l’économie de la fonctionnalité, le partage et la circularité des ressources, selon les principes de l’économie symbiotique. Nous pourrions y avoir une habitation légère ou éco-conçue, un lac pour se baigner, un rythme plus apaisé entre travail et vie de famille, des voisins avec qui nous monterions des projets utiles.

Attendre l’opportunité, au risque qu’il ne se passe rien ? Ou provoquer la rupture ?

Nous engageons un grand chantier de réflexion pour 2019/2020 avec visites d’autres lieux de vie (eco-lieux), prospection d’écoles alternatives, engagement dans des projets citoyens, formation à l’éco-construction. Il m’est impossible d’attendre notre « expédition apprenante autour du monde » prévue pour 2022.

Nous avions d’ailleurs commencé les investigations avant le covid, et devions partir quelques jours en immersion dans un éco-lieu en Espagne en avril. Une autre immersion était prévue pour juillet dans les Pyrénées. C’est comme si nous avions commencé trop tard….

Reste enfin l’autre grand projet qui me dépasse : comment inviter le monde à changer ?

Quelques liens inspirants, qui nous guident dans nos envies pédagogiques :

  • Le film « Quels enfants laisserons-nous à la planète » mettant en scène l’école du Colibri avec l’incroyable Isabelle Peloux aux commandes. Il est en accès libre sur Imago.tv pendant la durée du confinement.
  • Le film « L’autre connexion » : un documentaire sur une école au Canada où les enfants passent 3 jours par semaine dans la nature…une école qui fait grandir des enfants guidés par le coeur, pour qui les guerres et les inégalités paraîtront insupportables.

Et comme chaque semaine, quelques prises de notre quotidien, plus léger que mon cerveau embrumé :

Ava, en visio avec sa maîtresse et d’autres élèves de sa classe, en train de chanter et signer « Petit Escargot »
Des petits écoliers maison confinés avec des bananes
Conception d’un circuit à billes en récup’
Ava a organisé un « parc de jeux » pour Hélios. Elle me dit « je mets ses doudoux dedans pour l’appâter ».
Fabrication d’un rotocoptère. On lance en l’air et ça tourne comme une toupie en retombant.
Décoration d’une boîte à oeufs
Pendant qu’Ava fait des châteaux de terre…
…Hélios comprend tout autrement l’utilité de son sceau
On surveille chaque jour l’éclosion des premières fleurs… Joyeux premier mai !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *