Confinement – Semaine #3

estelle Confinement 2 Comments

Une semaine de plus, en transit entre deux mondes.

Le « pic » n’est toujours pas atteint, et les personnes qui ne survivent pas au virus se rapprochent doucement de nos sphères de connaissance.

Notre humanité en tirera-t-elle les bons enseignements ? Certains peuvent encore s’étonner quand nous évoquons le lien entre la crise sanitaire que nous vivons et les enjeux climatiques. Et pourtant…

« L’archipelisation du monde sauvage« , qui traduit la destruction systématique des habitats naturels via la déforestation et l’urbanisation, contraint la faune sauvage à se rapprocher des zones d’activités humaines pour se nourrir, et permet la transmission de virus d’animal à homme.

Prenons l’exemple du virus Ebola : la déforestation a forcé certaines chauves-souris à migrer, et à se retrouver en contact avec l’homme par le biais de la salive ou de morsures. C’est ainsi qu’un virus non dangereux pour l’animal porteur a pu se transmettre à l’homme avec des conséquences graves.

Je pourrais aussi vous citer en cause :

  • La perte de la biodiversité, avec la prolifération de certains parasites porteurs de maladies et qui n’ont plus de prédateurs.
  • Notre alimentation (marchés aux animaux sauvages en Chine avec permutations de microbes entre espèces, élevages intensifs où les trop nombreuses déjections ne peuvent être absorbées par le sol et créent des milieux « stagnant » propice à la mutations de microbes (ce fut le cas de la grippe aviaire).
  • La hausse des températures, qui provoque des périodes de sécheresse suivies de pluies intenses qui finissent par stagner en flaques d’eau, et là encore, deviennent de véritables nids à bactéries (comme le choléra).

Le pire pourrait être à venir, avec notamment la fonte du permafrost (cette partie du sol gelé en permanence et qui commence à fondre, 70 ans avant ce que les scientifiques avaient prévu). En fondant, le permafrost risque de libérer des virus enfouis dans la glace depuis des siècles. Parmi eux, et bien plus virulents que le Covid : l’anthrax, la peste, la grippe espagnole…et d’autres inconnus au bataillons sur lesquels nous n’avons aucune prédiction.

Voilà pour remettre les choses dans leur contexte. Tout cela n’est pas très gai, mais doit nous conduire à l’action.

D’ailleurs, savez-vous que dans ce contexte, 58 parlementaires appellent les français à construire le monde de demain, via un questionnaire en ligne ? Ils proposent un outil que j’applique moi-même à mes clients pour initier une conduite du changement : l’étoile de la transformation (que souhaitons-nous maintenir, faire plus, faire moins, arrêter, initier). Avec quelques questions supplémentaires très pertinentes. Lien vers l’article et le questionnaire.

Voici d’autres liens utiles, dont le premier qui m’a été d’une grande aide pour rédiger cet article :

Chez nous, nous continuons à nous interroger au quotidien sur ce que nous voulons faire pour le monde après cette crise.

Toujours pour finir, quelques épisodes de cette vie en suspension. Nous avons été moins assidus que les semaines précédentes en ce qui concerne les activités d’Ava. J’ai eu beaucoup de travail et surtout, Hélios a eu la bonne idée de nous faire une varicelle !

La planète des Alphas, sur laquelle chaque lettre a sa personnalité.
On lance le dé, et on dessine un élément en fonction du chiffre. Voici un horrible monstre. Cf. Lance le dé et dessine
Poisson d’avril !
Construction d’une cabane
« Je veux sortir » !!!!
Dessin à la craie dans la cour intérieure
Nous sortons toujours une fois par jour, là où c’est autorisé et dans des lieux où nous ne croisons quasi personne.

Comments 2

  1. Coucou j utilise la petite fenêtre ici et te dis bravo et merci pour ce journal hebdomadaire de votre confinement ! Et je vais aller voir le questionnaire…merci et à bientôt bon courage

    1. Post
      Author

      Ma chère Perrine, cela me fait plaisir de te lire ici. Je te sais encore tout proche. Merci à toi de ce clin d’oeil. A très bientôt et bon courage à toi aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *